Tout comprendre !
Pour aller plus loin...
S'entraîner
Quelques conseils utiles...
Récréation
Echanges
Surfer avec le général

Commentaires de document pour les troisièmes
Compostions pour les troisièmesCompositions pour les terminales
Module 18 juin

 D'une République à l'autre, la crise de mai 1958
 
Doc. 1. L'instabilité gouvernementale à la fin de la 4e République


  Présidents du Conseil investis Appartenance Investis le Renversés ou ayant démissionnés Durée
1956-1958 Guy Mollet

Bourgès-Maunoury

Antoine Pinay

Guy Mollet

Félix gaillard

Pierre Pflimlin

Socialiste

Radical

Indépendant

Socialiste

Radical

MRP

1-02-1956

12-06-1957

17-10-1957

22-10-1957

5-11-1957

13-05-1958

21-05-1957

30-09-1957

18-10-1957

28-10-1957

15-04-1958

28-05-1958

16 mois

3 mois ½

1 jour

6 jours

5 mois

15 jours

1958 Charles de Gaulle Fonde le RPF en 1947 et le saborde en 1953 1er juin 1958 Préside un gouvernement de large union nationale (excluant les communistes) jusqu’à la mise en place de la Ve République

Au total, pendant toute la 4e République (du 20 janvier 1946 - date de la démission du général de Gaulle- au 1er juin 1958, date de son retour aux affaires), 26 gouvernements se sont succédés.

Doc. 2. Le 13 mai 1958 à Alger

Doc. 3. De Gaulle se présente comme le recours

Conférence de presse au palais d'Orsay, 19 mai 1958

"Ce qu'il se passe en ce moment en Algérie par rapport à la métropole et dans la métropole par rapport à l'Algérie peut conduire à une crise nationale extrêmement grave. Mais aussi et peut être le début d'une espèce de résurrection. Voilà pourquoi le moment m'a semblé venu où il pourrait m'être possible d'être utile, encore une fois, directement à la France."


Communiqué à la presse, 27 mai 1958

"J'ai entamé hier le processus régulier nécessaire à l'établissement d'un gouvernement républicain capable d'assumer l'unité et l'indépendance du pays. Je compte que ce processus va se poursuivre et que le pays fera voir, par son calme et sa dignité, qu'il souhaite le voir aboutir. Dans ces conditions, toute action, de quelque côté qu'elle vienne, qui met en cause l'ordre public, risque d'avoir de graves conséquences. Tout en faisant la part des circonstances, je ne saurais l'approuver. J'attends des forces terrestres, navales et aériennes présentes en Algérie qu'elles demeurent exemplaires sous els ordres de leurs chefs (...). A ces chefs j'exprime ma confiance et mon intention de prendre incessamment contact avec eux."

Doc. 4.

François Mitterrand : un opposant au changement de régime :
"J'ai tout lieu de croire qu'il ne s'agit pas en l'occurrence d'un changement de la Constitution... Il s'agit d'un changement de régime. Je dénonce le complot minutieusement mis en place et dont les ramifications, parties d'Alger, sont remontées jusqu'à Paris, jusque dans l'entourage des hauts personnages de l'Etat, jusque dans les palais officiels... En droit, le général de Gaulle tiendra ce soir ses pouvoirs de la représentation nationale : en fait, il les détient déjà du coup de force."

Questions
1. Présenter les documents en quelques lignes.

2. Sélectionner, classer et confronter les informations, que vous pourrez éventuellement regrouper par thèmes.

3. Rédiger une synthèse d'environ 300 mots.

Conseils
- ne perds pas de vue l'énoncé du sujet : c'est lui qui doit orienter ta lecture des documents. " D'une République à l'autre " implique que l'analyse des textes et photographies doit être avant tout politique. La formulation du sujet insiste aussi sur la notion de transition : pourquoi et comment est-on passé d'un régime à l'autre ?

- la bonne réussite de ce commentaire suppose que les connaissances historiques sur la période soient maîtrisées. Mais il ne faut pas que le commentaire se transforme en un récit événementiel de la crise de mai 1958 : c'est toute la difficulté de l'exercice !

Eléments de réponse
1. Présenter les documents...
- Doc. 1 : ce tableau présente de manière chronologique les hommes qui se sont succédé à la présidence du Conseil dans les derniers mois de la 4e République. Leur appartenance politique ainsi que la durée de leur mandat est également mentionnée.
- Doc. 2 : cette photographie nous montre la foule compacte amassée dans le centre d'Alger le 13 mai 1958. Dans ce climat insurrectionnel, c'est l'Algérie française qui est défendue.
- Doc. 3 : dans une conférence puis un communiqué prononcés face à la presse à dix jours d'intervalle, le général de Gaulle affirme ses positions. L'ancien chef de la France libre, retiré de la vie politique depuis 1946, effectue là son retour sur le devant de la scène.
- Doc. 4 : Ce document est extrait d'un discours prononcé à l'Assemblée nationale par un député de gauche, François Mitterrand. Ce texte date du 1er juin 1958, jour de l'investiture de Charles de Gaulle, à laquelle s'était opposé le même François Mitterrand.

2. Classer les informations...
On peut choisir de regrouper les informations selon des grands thèmes.

- thème 1 : l'instabilité ministérielle. Elle est surtout visible dans le document 1, qui montre la succession rapide de ministères à la durée de vie très courte. Le rythme des changement ministériels s'accélère en outre dans les derniers mois de la 4e République.

- thème 2 : la crise algérienne. Elle est sensible dans chacun des documents.
Dans le doc. 1, l'instabilité ministérielle s'accroît en partie à cause de l'impuissance des différents gouvernements à régler la question algérienne.
Le doc. 2 montre la manifestation concrète de la crise : les Français d'Algérie, regroupés à Alger, redoutent que l'Algérie ne soit bradée par le ministère Pflimlin. Ils défendent donc l'appartenance de l'Algérie à la France et en appellent à de Gaulle pour obtenir cette garantie.
Le doc. 3 présente les positions de Charles de Gaulle face à cette crise algérienne. Ses deux discours sont assez différents. Le premier insiste sur la gravité de la crise et sur la menace qu'elle fait peser sur le pays. Cette dramatisation de la crise lui permet de se poser en sauveur. Dix jours plus tard, les choses ont déjà beaucoup changé. Le général de Gaulle est désormais prêt à accéder au pouvoir. Il insiste sur la légalité et la régularité de ce processus.. Dès lors, il importe pour lui de modérer les acteurs de la crise, notamment en Algérie. Il appelle à l'apaisement (" calme et dignité ") et condamne par avance les débordements qui pourraient survenir, notamment au sein de l'armée (les forces armées doivent rester " exemplaires sous les ordres de leurs chefs ").

- thème 3 : le changement de régime.
Il est suggéré dans le doc. 1 : l'instabilité ministérielle grandissante est un constat d'échec pour la 4e République. Seule une réforme profonde des institutions pourrait modifier cet état de fait.
Le doc. 2 est également annonciateur du changement de régime : en appelant de Gaulle au pouvoir, les Français d'Algérie peuvent s'attendre à ce que ce dernier modifie la Constitution. Charles de Gaulle, en effet, n'a eu de cesse depuis 1946 de critiquer la faiblesse de la 4e République, régime parlementaire. Charles de Gaulle, dès que se dessine la perspective de son retour au pouvoir, songe à modifier les institutions. Pour cela, il réclame le retour du pays au calme et l'obéissance de l'armée : un changement de régime ne peut se faire dans un climat de coup de force. François Mitterrand, à l'image de Pierre Mendès-France, s'oppose à la venue au pouvoir de De Gaulle, chez lequel il dénonce un fossoyeur de la 4e République.

3. Rédiger une synthèse.
Elle doit s'appuyer sur les documents et sur tes connaissances. Tu peux suivre un plan chronologique, en rappelant :
- les faiblesses de la 4e République (sur le plan institutionnel et en ce qui concerne la guerre d'Algérie)
- le déclenchement de la crise (refus par les Français d'Algérie de l'investiture de Pflimlin, insurrection, prise de pouvoir à Alger, appel au général de Gaulle) - le changement de régime (de Gaulle accepte d'être investi à condition de pouvoir modifier la Constitution. Il se pose en recours, avec le soutien du Président Coty et, malgré l'opposition de certaines forces de gauche, est investi président du Conseil par l'Assemblée nationale le 1er juin 1958. Il est le dernier président du Conseil de la 4e République).

Retour
 

Fondation et Institut Charles de Gaulle
Tous droits réservés