Tout comprendre !
Pour aller plus loin...
S'entraîner
Quelques conseils utiles...
Récréation
Echanges
Surfer avec le général

Commentaires de document pour les troisièmes
Compostions pour les troisièmesCompositions pour les terminales
Module 18 juin

 Conférence de presse de Charles de Gaulle, 7 avril 1954
 

" Quand on est, comme la France, la tête de pont et le cap de l'Europe, unique champion combattant de la liberté en Asie, riveraine à la fois de l'Atlantique, de la manche, de la mer du Nord et de la Méditerranée, maîtresse d'une grande partie de l'Afrique, depuis Casablanca jusqu'à Bizerte, depuis Dakar jusqu'au bassin du Nil, depuis Alger jusqu'au Congo ; quand on possède, comme la France, la plus forte armée parmi les peuples libres du vieux monde et les meilleures bases dans un éventuel conflit ; quand on a, comme la France, nue vaste clientèle morale et intellectuelle dans toutes les contrées de la terre, il y a peu de chances pour qu'on se trouve jamais isolé. On a toujours, au contraire, beaucoup de monde chez soi et autour de soi. Il arrive même qu'on en ait un peu trop. Si la communauté dite " européenne de défense " est, comme elle le mérite, laissée pour compte, nos alliés américains, dont ce n'est nullement l'affaire puisqu'ils n'en sont pas signataires, en prendront sagement leur parti. Ils souhaiteront, ce qui sera leur droit, que l'Europe trouve un autre mode de défense et d'organisation communes. Ils cultiveront, ni plus ni moins qu'avant, leur stratégie périphérique. Mais ils se garderont d'aller à une rupture qui serait monstrueuse et risquerait de coûter cher au monde libre et à eux-mêmes. C'est pourquoi, quand M. Foster Dulles évoquait, à Paris, le fantôme d'une révision dramatique de la politique américaine à l'égard de la France, son amie et son alliée, je suis persuadé qu'il ne pouvait réprimer un sourire ? Avec le même sourire, je lui réponds aujourd'hui : " Ne vous gênez pas, cher ami ! "

Questions
1. Présentez le document.
2. Selon l'auteur, sur quelles bases repose la puissance française ?
3. Quelle position de Gaulle adopte-t-il vis-à-vis de la CED ? Pourquoi ?

Eléments de réponse
1. Extrait d'une conférence de presse donnée par le général de Gaulle en 1954, pendant ce qu'il est convenu d'appeler sa " traversée du désert ". Retiré des affaires publiques depuis le mois de janvier 1946, Charles de Gaulle n'en continue pas moins d'observer attentivement la vie politique française, s'opposant à la IVe République et à la Communauté européenne de Défense, dont le projet est né au début des années 1950.
2. La première partie du texte décrit les bases de la grandeur de la France selon de Gaulle. Elles sont constituées de la situation géographique de la France (carrefour des mers et de l'océan, cap de l'Europe), de son empire asiatique (on est vraisemblablement avant la défaite de Dien Bien Phu) et surtout de ses nombreuses possessions africaines, de son armée et de son rayonnement culturel.
3. De Gaulle s'oppose à la CED, jugeant qu'elle mérite d'être " laissée pour compte ". Ce projet de mise en commun des armées européennes sous la direction d'un ministère commun de la défense lui paraît porter atteinte à la souveraineté française. En outre, l'implication des Etats-Unis dans ce projet, même s'ils n'en sont pas signataires, déplaît fortement à de Gaulle qui ne s'inquiète pas des menaces formulées par Foster Dulles à l'encontre de la France en cas de non signature de la CED. Le refus de l'hégémonie américaine constitue l'un des traits de fond de la politique gaullienne.

Retour
 

 


Fondation et Institut Charles de Gaulle
Tous droits réservés