Tout comprendre !
Pour aller plus loin...
S'entraîner
Quelques conseils utiles...
Récréation
Echanges
Surfer avec le général

BiographiesChronologies

image
 Contexte 11 : La France et le monde (1946-1969) : La France et la construction européenne
 


La construction européenne commence sous la IVe République (1946-1958). Dans le contexte de la Guerre froide, l'Europe qui cherche à s'unifier se place clairement dans le camp des Etats-Unis.
Plusieurs hommes politiques s'impliquent dans l'enjeu européen, comme Georges Bidault (MRP), qui porte le projet du Conseil de l'Europe, Robert Schuman et Jean Monnet, initiateurs du traité sur la CECA.

L'unification de l'Europe se fait de plusieurs façons :

  Unification politique Unification militaire Unification économique
1948   Adhésion à l'UEO (Union de l'Europe occidentale) : coopération militaire. Création de l'OECE (Organisation européenne de coopération économique) qui regroupe les pays européens ayant bénéficié du plan Marshall
1949 Création du Conseil de l'Europe (organisme de décision qui pourrait déboucher sur une Europe fédérale)    
1951     Création de la CECA (Communauté européenne du charbon et de l'acier) : coopération des pays dans ces deux types d'activité.
1952   Création de la CED (Communauté européenne de défense), finalement rejetée par la France.  
1957     Création de la CEE (Communauté économique européenne) par le traité de Rome : mise en place d'un marché commun entre les six pays membres.
Bilan Réalisations encore modestes Echec, notamment à cause de la question du réarmement allemand. Succès le plus visible de la construction européenne

La Ve République poursuit la construction européenne

Une fois président de la République (1958), Charles de Gaulle poursuit la politique européenne amorcée sous la IVe République, encourageant les échanges entre pays de la CEE. Toutefois, il s'oppose à une Europe fédérale qui pourrait limiter la souveraineté de la France et défend au contraire une " Europe des Etats " où chaque pays garde son indépendance. De même, il refuse l'entrée de la Grande-Bretagne dans la CEE, car il estime ce pays trop proche des intérêts américains.

En revanche, Charles de Gaulle privilégie l'axe franco-allemand. En janvier 1963, de Gaulle et Adenauer (chancelier de la RFA) signent un traité franco-allemand de coopération.

Retour


1
- 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12


Fondation et Institut Charles de Gaulle
Tous droits réservés