Tout comprendre !
Pour aller plus loin...
S'entraîner
Quelques conseils utiles...
Récréation
Echanges
Surfer avec le général

BiographiesChronologies

 Contexte 10 : La France et le monde (1946-1969)
 


Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, la France est une puissance victorieuse mais amoindrie.
L'Occupation, puis les difficultés de la reconstruction ont fait du pays une puissance de seconde zone. Les déchirements qui éclatent dans les colonies françaises sous la IVe République (1946-1958) achèvent d'affaiblir la France sur le plan international.

Avec les débuts de la Ve République, la France reconquiert une certaine influence dans le monde. Charles de Gaulle entend redonner son rang à la France, grâce à une triple politique :
- une décolonisation qui permette de maintenir les liens entre la France et les anciennes colonies
- une poursuite de la construction européenne qui ne remette pas en cause la souveraineté de la France
- une politique d'indépendance nationale dans un monde séparé en deux blocs

La décolonisation : Les conséquences de la Seconde Guerre

La Seconde Guerre mondiale n'a apparemment pas modifié les empires coloniaux. France, Grande-Bretagne, Pays-Bas, Portugal etc. conservent d'immenses territoires en Afrique et en Asie. Pourtant, des changements très importants sont en cours : les peuples colonisés ont été les témoins de l'effondrement ou des déchirements des puissances coloniales au cours de la guerre. Ils se sentent appuyés dans leur volonté d'autonomie par les Etats-Unis, l'URSS et la jeune Organisation des Nations-Unies (ONU) qui défend " le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes ".

La décolonisation commence en Asie

Dans ce contexte, les mouvements d'indépendance se développent en Inde, en Afrique du Nord et dans l'Afrique britannique. Ils obtiennent leurs premières victoires en Asie. Gandhi et Nehru, en Inde, réussissent à obtenir de la Grande-Bretagne l'indépendance de leur pays en 1947. Ailleurs, les choses ne se déroulent pas toujours aussi simplement : face au refus des Pays-Bas et de la France d'accéder à leur demande d'autonomie, les mouvements indépendantistes déclenchent une lutte armée en Indonésie et en Indochine. L'indépendance est proclamée dans le premier cas en 1949 et dans le second cas en 1954, après une guerre de neuf années…

Le mouvement de décolonisation gagne peu à peu l'Afrique

La conférence de Bandoeng, en avril 1955, marque un trait d'union entre deux continents qui luttent pour une même cause. Leaders indépendantistes asiatiques et africains, représentants des pays du Tiers-Monde, affirment leur volonté de rester ou de devenir indépendants.

L'Afrique du Nord s'engage alors dans le mouvement pour l'indépendance : la Libye, colonie italienne, obtient pacifiquement sa souveraineté en 1951, la Tunisie et le Maroc, protectorats français, en 1956. Mais la France refuse d'accorder son indépendance à l'Algérie, un de ses plus anciens territoires, où vit 1 million d'Européens. Les indépendantistes regroupés dans le Front de Libération nationale (FLN) déclenchent la guerre à la Toussaint 1954. Cette guerre causera la chute de la IVe République.

En Afrique noire, la décolonisation est plus lente. La France tente de maintenir sa présence en améliorant les droits politiques des colonisés (vote de la loi-cadre Deferre). Les indépendances n'interviendront que sous la Ve République.

L'achèvement des décolonisations

La guerre d'Algérie entraîne l'effondrement de la IVe République, impuissante à trouver une issue à la crise. Le général de Gaulle arrive au pouvoir en mai 1958 sous la pression des français favorables au maintien de l'Algérie française. Pourtant, il comprend rapidement que la France ne pourra retrouver son rang de puissance qu'en réglant une fois pour toutes le problème des indépendances. Le nouveau président de la République mène donc à bien la décolonisation de l'Algérie. L'indépendance de ce pays, conclue en 1962, est née dans la douleur (27 500 militaires français et 400 000 Algériens ont été tués, les pieds-noirs et les harkis vivent un véritable drame).

En Afrique noire française, les indépendances sont acquises de manière pacifique. La Constitution de 1958 prévoit la création d'une " Communauté française " à laquelle les colonies sont libres ou non d'adhérer. Si elles refusent de s'y joindre, elles obtiennent automatiquement leur indépendance (c'est le cas de la Guinée dès 1958). Par ce moyen, toutes les colonies françaises d'Afrique noire deviennent souveraines en 1960.

La même année, de manière moins tranquille, la Belgique accorde l'indépendance à son immense colonie du Congo. En revanche, il faudra attendre 1975 pour que le Portugal accorde ce droit au Mozambique et à l'Angola, après une double guerre qui a épuisé le pays et amené au renversement du dictateur portugais Salazar en 1974.

La France et le Tiers-monde (1958-1969)

En accordant l'indépendance aux dernières colonies françaises, la France du général de Gaulle peut rétablir le dialogue avec le Tiers-monde. De son passé colonial, la France conserve en effet une présence privilégiée dans de nombreux pays avec lesquels elle préserve de bonnes relations. Cette présence française est entretenue sur plusieurs plans :
- sur le plan culturel : une grande partie de l'Afrique noire et quelques pays d'Asie ont gardé le Français pour langue officielle.
- sur le plan économique et financier : Charles de Gaulle et Georges Pompidou développent la coopération économique et financière, avec notamment la création de la Communauté financière africaine (CFA) et des accords commerciaux.
- sur le plan militaire : formation et équipement des armées des pays nouvellement indépendants, présence militaire française.

Retour


1
- 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12


Fondation et Institut Charles de Gaulle
Tous droits réservés