Tout comprendre !
Pour aller plus loin...
S'entraîner
Quelques conseils utiles...
Récréation
Echanges
Surfer avec le général

BiographiesChronologies

 Contexte 9 : Le second septennat de De Gaulle (1965-1969)
 


L'élection présidentielle de 1965

Contre toute attente, Charles de Gaulle n'est pas élu dès le premier tour mais est mis en ballottage. Il affronte François Mitterrand (leader de la gauche non communiste) au second tour. Charles de Gaulle l'emporte mais cette élection est le signe d'une usure du pouvoir que confirment les élections législatives de 1967 : la majorité gaulliste n'a plus qu'un siège d'avance à l'Assemblée nationale…

La crise de mai 1968

Comme aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, en Allemagne ou en Pologne, la France connaît en 1968 une importante crise sociale déclenchée à l'origine par les étudiants.

" La France s'ennuie ", titre le quotidien Le Monde le 15 mars 1968. Une semaine plus tard, le 22 mars 1968, éclate à la faculté de Nanterre une révolte d'étudiants conduite par Daniel Cohn-Bendit. Ce mouvement se propage bientôt vers Paris et la France tout entière. Protestation contre les conditions de vie et d'étude des étudiants, révolte contre la société de consommation, appel à la liberté, refus de l'autorité et des interdits, notamment sexuels… les motivations des " soixante-huitards " sont multiples mais traduisent toutes leur malaise face à une société d'abondance qui reste figée dans ses valeurs.

A partir du 13 mai, les étudiants sont rejoints dans leur mouvement par les ouvriers, qui déclenchent une grève générale. Le pays est paralysé. Les accords de Grenelle, le 27 mai, améliorent le pouvoir d'achat des ouvriers mais ne mettent pas fin au mouvement social.

La crise de mai 68 entre alors dans une phase plus politique. Certains opposants annoncent l'effondrement du pouvoir gaulliste : " il n'y a plus d'Etat ", déclare François Mitterrand. Les 29 et 30 mai, le général de Gaulle disparaît. On apprend qu'il est parti à Baden-Baden (en Allemagne) chez le général Massu. A son retour, il prononce un discours empreint de fermeté. Le soir, des centaines de milliers de personnes défilent sur les Champs Elysées pour le soutenir.

Charles de Gaulle a retourné la situation. L'Assemblée nationale est dissoute. Un nouveau Premier ministre, Maurice Couve de Murville, est nommé. Les élections législatives des 23 et 30 juin donnent une forte majorité aux gaullistes. Pourtant, le pouvoir de Charles de Gaulle a été ébranlé.

De Gaulle quitte le pouvoir

En 1969, de Gaulle soumet aux Français une réforme sur l'organisation des régions et du Sénat. Pour la première fois, de Gaulle voit les " non " l'emporter à l'un de ses référendums. Se sentant désavoué par le peuple français, il préfère démissionner sans achever son septennat. Il prend sa retraite dans sa maison de Colombey-les-Deux-Eglises, où il meurt le 9 novembre 1970. C'est Georges Pompidou qui lui succède au poste de président de la République en 1969.

Retour


1
- 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12


Fondation et Institut Charles de Gaulle
Tous droits réservés