Tout comprendre !
Pour aller plus loin...
S'entraîner
Quelques conseils utiles...
Récréation
Echanges
Surfer avec le général

BiographiesChronologies

 Contexte 3 : De Gaulle entre les deux guerres...
 


Tandis que le capitaine de Gaulle est libéré après l'armistice du 11 novembre 1918, la paix s'installe en France. Mais les bouleversements provoqués par la guerre pèsent lourd sur l'avenir de l'Europe, comme de Gaulle le pressent lui-même.

"Peut-être sommes-nous plongés dans la nuit qui précède l'aurore d'un monde nouveau. Cependant il faut vivre, et il est bien probable que pour vivre, il faudra quelque jour combattre, c'est-à-dire affronter les armes de l'ennemi et lui faire sentir la vigueur des nôtres. Pour ma aprt, je ne renonce pas à m'y préparer."

Charles de Gaulle, lettre à son ami Lucien Nachin en 1925

La carte de l'Europe est profondément modifiée : les grands empires autoritaires sont démantelés et de nouveaux Etats sont créés à partir de leurs ruines. Pour protéger la paix, un organisme international est créé : c'est la Société des Nations (SDN).

Ces créations ne suffisent pourtant pas à préserver l'ordre en Europe. Le continent est soulevé, au début des années 1920, par plusieurs révolutions inspirées du modèle de la Russie soviétique. La Tchécoslovaquie, la Hongrie et surtout l'Allemagne s'embrasent. Toutes ces tentatives de prise de pouvoir par les ouvriers sont écrasées dans le sang.

En outre, nombreux sont les pays insatisfaits de leurs nouvelles frontières. Les minorités nationales se sentent brimées dans les Etats nouvellement créés. L'Allemagne ne peut supporter le "Diktat" de Versailles, l'Italie s'estime lésée. Dans ce pays, les mouvements contestataires se multiplient, favorisant l'arrivée au pouvoir en 1922 de Benito Mussolini. Celui-ci met en place un régime de type fasciste qui sert de modèle à l'extrême-droite européenne.

La crise économique de 1929 vient accroître le désespoir des populations et permet à certains mouvements extrémistes d'affirmer leurs positions. A l'intérieur des Etats, la vie politique se durcit. En France, les espoirs suscités par la fin de la guerre ne subsistent pas longtemps et la désillusion s'installe. L'instabilité ministérielle et les scandales politico-financiers amènent certains Français à douter de leur démocratie. Les mouvements d'extrême-droite se développent et organisent des manifestations parfois violentes, comme le 6 février 1934. En réponse à cette menace, les partis de gauche se regroupent dans un " Front Populaire " qui est au pouvoir en 1936-1937. L'opposition d'une partie du pays à sa politique, notamment sur le plan économique, met un terme à cette expérience.

En Allemagne, Adolf Hitler arrive au pouvoir en janvier 1933. La politique de son parti national-socialiste (nazi) consiste à doter les Allemands d'un espace vital aux dépends des autres populations, considérées comme inférieures. La France, " ennemi mortel " de l'Allemagne, doit être " étranglée ". Manipulant la haine raciale et l'antisémitisme, prônant le strict encadrement de l'individu par l'Etat, Hitler multiplie les agressions vis-à-vis des pays voisins, sans que la SDN réagisse.

En Espagne, la victoire électorale en 1936 du Frente Popular, regroupant les partis de gauche, provoque le soulèvement de l'armée, bientôt dirigé par Franco. Une guerre civile sanglante éclate, dans laquelle aucune démocratie ne souhaite intervenir officiellement. Hitler et Mussolini apportent en revanche leur soutien logistique à Franco. La victoire des troupes franquistes en 1939 met un terme à l'expérience démocratique en Espagne.

Retour


1
- 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12


Fondation et Institut Charles de Gaulle
Tous droits réservés