Tout comprendre !
Pour aller plus loin...
S'entraîner
Quelques conseils utiles...
Récréation
Echanges
Surfer avec le général

ContextesChronologies

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Biographie lycée
 

Mai 1968-1969 : les dernières années de pouvoir
A la fin des années 1960, la France bénéficie d'une forte croissance économique dans le contexte des "Trente Glorieuses". Mais le pays "s'ennuie" et les événements de mai 1968 en sont le révélateur. Comme dans de nombreux pays, la contestation commence dans les milieux étudiants à partir de mars 1968. Les syndicats et les partis politiques de gauche profitent de ce contexte agité pour lancer une grève générale qui sera suivie par les ouvriers. Cette grève générale paralyse le pouvoir pendant le mois de mai, provoquant une crise sévère qui ébranle le pouvoir.

Pour le Général, l'État doit rétablir l'ordre contre "la chienlit", le désordre, la menace du totalitarisme. Les accords de Grenelle passés entre le gouvernement, les représentants des syndicats et du patronat aboutissent à des mesures classiques mais ne calment pas le jeu. La disparition soudaine et inexpliquée de De Gaulle, le 29 mai, accentue les doutes du pays. Où est passé le Président ? En réalité, il s'est rendu à Baden Baden rencontrer le général Massu. L'éloignement lui permet de prendre le recul nécessaire pour sortir de la crise. Dès son retour à Paris le 30 mai, son allocution radiodiffusée a le ton de la fermeté. Elle est suivie d'une immense manifestation organisée par les gaullistes sur les Champs-Élysées. De Gaulle dissout l'Assemblée nationale. La reprise du travail se fait progressivement, mais les relations entre de Gaulle et le peuple français ne seront plus les mêmes.

Le 27 avril 1969, de Gaulle soumet aux Français un projet sur la régionalisation et la réforme du sénat. Sa proposition est rejetée par référendum par 52,4% des voix. Fidèle à sa promesse et respectueux du peuple souverain, de Gaulle démissionne : à minuit dix, un communiqué annonce : " Je cesse d'exercer mes fonctions de président de la République. Cette décision prend effet aujourd'hui à midi. "

1969-1970 : la retraite
Charles de Gaulle se retire à Colombey-les-Deux-Églises, s'abstient de toute prise de position publique, reçoit quelques fidèles et poursuit l'écriture de ses Mémoires. Seul le premier volume des Mémoires d'Espoir est achevé lorsqu'il meurt, le 9 novembre 1970.
Conformément à son testament, de Gaulle ne reçoit pas de funérailles nationale. A Colombey-les-Deux-Eglises, sa dépouille est transportée sur un engin blindé dans la petite église, en présence de sa famille, des Compagnons de la Libération et des habitants de son village. Il est enterré au cimetière auprès de sa fille Anne, avec une simple inscription sur sa tombe, "Charles de Gaulle 1890-1970". Le 12 novembre, à Notre-Dame de Paris a lieu une cérémonie officielle avec les autorités de l'État et les personnalités étrangères.


1
- 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8
Page précédente


Fondation et Institut Charles de Gaulle
Tous droits réservés