Tout comprendre !
Pour aller plus loin...
S'entraîner
Quelques conseils utiles...
Récréation
Echanges
Surfer avec le général

LexiqueNotions importantesBiographies de personnages célèbres
Bibliographie
 Sur l'indépendance nationale
 


L'indispensable recours à l'arme nucléaire.
Discours à l'Ecole militaire, Paris, 15 février 1963 :

" Dans ces conditions, il est évident que, pour un pays, il n'y a pas d'indépendance imaginable s'il ne dispose pas d'un armement nucléaire, parce que, s'il n'en a pas, il est forcé de s'en remettre à un autre, qui en a, de sa sécurité et, par conséquent, de sa politique. Il est vrai que certains des pays du monde se figurent pouvoir s'enfermer dans ce qui est la neutralité, c'est-à-dire se tenir dans leur coin en cas de conflit mondial, pensant qu'ainsi ils seront oubliés par le destin. Mais, en fait, ces peuples-là ne feront qu'attendre leur sort sans pouvoir rien y changer. "

Conférence de presse tenue au Palais de l'Elysée, le 23 juillet 1964 :

" La dissuasion existe dès lors qu'on a de quoi blesser à mort son éventuel agresseur, qu'on y est très résolu et que lui même en est bien convaincu. C'est par là que l'armement moderne de la France, non seulement constitue pour elle la garantie incomparable de sa sécurité, mais encore introduit dans un monde dangereux un élément nouveau et puissant de sagesse et de circonspection. "

De Gaulle résume sa politique en matière d'indépendance nationale. Mémoires d'Espoir, t.1, Le Renouveau, 1958-1962, Plon, 1970 :

" Notre pays est, suivant moi, en mesure d'agir par lui-même en Europe et dans le monde, et il doit le faire parce que c'est là, moralement, un moteur indispensable à son effort. Cette indépendance implique, évidemment, qu'il possède pour sa sécurité les moyens modernes de la dissuasion. Eh bien ! Il faut qu'il se les donne.
Mon dessein consiste donc à dégager la France, non pas de l'alliance atlantique que j'entends maintenir à titre d'ultime précaution, mais de l'intégration [militaire] réalisée par l'OTAN sous commandement américain ; à nouer avec chacun des Etats du bloc de l'Est et d'abord avec la Russie des relations visant à la détente, puis à l'entente et à la coopération ; à en faire autant, le moment venu, avec la Chine ; enfin, à nous doter d'une puissance nucléaire telle que nul ne puisse nous attaquer sans risque d'effroyables blessures ".


Autres extraits de textes


Fondation et Institut Charles de Gaulle
Tous droits réservés