Tout comprendre !
Pour aller plus loin...
S'entraîner
Quelques conseils utiles...
Récréation
Echanges
Surfer avec le général

LexiqueNotions importantesBiographies de personnages célèbres
Bibliographie
 Sur la guerre froide
 


La place de la France entre Ouest et Est. Discours radiodiffusé, Paris, 10 décembre 1945

" Dans le monde, tel qu'il est aujourd'hui, deux très grandes puissances subsistent et nous sommes juste entre les deux, cap de l'Europe vers l'Ouest, tête de pont de l'Ouest en Europe. Il n'est que de regarder la carte pour comprendre que, dans cette situation, notre intérêt vital nous commande de nous tenir rigoureusement en équilibre. "

Charles de Gaulle analyse la bipolarisation du monde en 1947. Discours prononcé à Strasbourg, avril 1947 :

" Nous nous trouvons désormais dans un univers entièrement différent de celui où notre pays avait vécu pendant des siècles. Nous fûmes longtemps accoutumés à une Europe équilibrée, où cinq ou six grandes puissances, tout en rivalisant entre elles et en se faisant l'une à l'autre périodiquement la guerre, avaient une civilisation semblable, une commune manière de vivre, un même droit des gens ; où les Etats moins importants se trouvaient protégés par la parité des plus grands ; où notre vieux continent dominait le monde par sa richesse, sa puissance, son rayonnement ; où la France pouvait mener (…) toujours à son gré une politique traditionnelle (…). Le tableau a complètement changé.
Notre planète, telle qu'elle est aujourd'hui, présente deux masses énormes, toutes deux portées à l'expansion, mais entraînées par des dispositions essentiellement différentes et, du même coup, par des courants idéologiques opposés. L'Amérique et la Russie, si on a le droit d'espérer qu'elles ne deviendront pas ennemies, sont automatiquement rivales. D'autant plus que le rapetissement de la Terre, par suite de l'évolution technique, les met partout en contact, c'est-à-dire partout en garde, et que l'invention de moyens de destruction terribles introduit dans leurs relations un élément acrimonieux d'inquiétude, sinon d'angoisse ".


Autres extraits de textes


Fondation et Institut Charles de Gaulle
Tous droits réservés