Tout comprendre !
Pour aller plus loin...
S'entraîner
Quelques conseils utiles...
Récréation
Echanges
Surfer avec le général

LexiqueBiographies de personnages célèbres
Extraits de textesBibliographie
 Sur la décolonisation
 


Conférence de Bandoeng
: du 18 au 24 avril 1955, 29 Etats d'Afrique et d'Asie se réunissent à Bandoeng (Indonésie) pour dénoncer le colonialisme. Parmi les représentants de ces pays se trouvent certains leaders de pays ayant acquis leur indépendance - Soekarno pour l'Indonésie, Nehru pour l'Inde, Nasser pour l'Egypte. Aucun représentant des puissances coloniales n'a été convié. L'acte final de la conférence affirme son opposition au colonialisme mais également à la logique des blocs. Refusant d'appartenir au camp capitaliste ou au camp soviétique, les pays présents à Bandoeng se revendiquent " non-alignés " et soulignent leur solidarité dans la lutte pour leur indépendance.

Discours de Brazzaville : Percevant dès la fin de la Seconde Guerre les aspirations de plus en plus fortes des peuples colonisés à l'indépendance, le général de Gaulle organise en février 1944 une grande conférence sur ce thème, à Brazzaville (capitale du Congo). L'acte final de cette conférence prévoit une plus grande participation des peuples colonisés à l'exercice du pouvoir dans leur pays :
" Je m'engage, explique de Gaulle, à associer les peuples colonisés à la question des affaires publiques de leur pays ". (extrait de l'acte final de la conférence de Brazzaville)
Mais ces avancées apparaissent minces pour les peuples concernées, car elles restent inscrites dans le cadre de l'empire français :
" Les fins de l'œuvre de civilisation accomplie par la France dans les colonies écartent toute idée d'autonomie, toute possibilité d'évolution hors du bloc français de l'empire ; la constitution éventuelle, même lointaine, de self-governments dans les colonies est à écarter. " (extrait de l'acte final de la conférence de Brazzaville).

Défaite de Dien Bien Phu : Les troupes françaises entrent dans Dien Bien Phu en novembre 1953 et établissent un camp retranché dans cette zone qui se présente comme une vaste cuvette entourée de collines. Le Viêt-minh déclenche son offensive le 23 mars 1954 contre les 16 000 Français pris dans ce piège naturel.
Sous le commandement du lieutenant-colonel de Castries - promu général au cours de la bataille -, les Français résistent désespérément aux assauts continuels du Viêt-minh, équipé de matériel soviétique et chinois. Les soldats du Viêt-minh réussissent à traîner jusqu'aux collines de Dien Bien Phu de l'artillerie lourde et des canons anti-aériens : 200 000 obus écrasent les troupes assiégées et coupées de l'extérieur ; les avant-postes tombent les uns après les autres. L'assaut final est lancé le 1er mai : le combat devient corps-à-corps dans les tranchées boueuses. 4 000 Français trouvent la mort, 8 000 sont faits prisonniers. Malgré ses 8 000 victimes, le Viêt-minh sort vainqueur de la bataille. Le 7 mai, les derniers survivants français hissent le drapeau blanc.
Cette défaite conduit la France à évacuer son armée d'Indochine et à entamer des négociations avec le Viêt-minh. Le président du Conseil, Pierre Mendès-France, signe les accords de paix de Genève en juillet 1954. La présence française en Indochine est terminée. Le Vietnam (une des provinces d'Indochine) est coupé en deux par une ligne de démarcation située sur le 17ème parallèle : au nord s'établit la République démocratique du Vietnam communiste ; au sud, un gouvernement pro américain.
Indépendance de l'Inde : proclamée en août 1947 après des négociations entre la Grande-Bretagne et les leaders indépendantistes indiens, cette indépendance s'accompagne d'une scission (division) de l'Inde en deux Etats. L'Union indienne rassemble les hindouistes, le Pakistan rassemble les musulmans. Les transferts de population donnent lieu à des violences meurtrières.

Communauté française : prévue par la Constitution de 1958, la Communauté française remplace l'Union française créée en 1946. C'est une association entre la France et les colonies, celles-ci étant libres ou non d'y adhérer. Si elles refusent, l'indépendance leur est automatiquement accordée.

Guerre d'Indochine : alors que l'Indochine a déclaré son indépendance en 1945, la IVème République reste intransigeante et refuse de reconnaître cette autonomie autoproclamée. Malgré l'accord négocié entre le général Leclerc, Sainteny et Hô Chi Minh (chef du Viêt-minh, parti indépendantiste), une issue pacifique devient improbable. A partir de 1946, les troupes indépendantistes du général Giap déclenchent donc contre l'armée française une guérilla qui ne cesse de s'intensifier. Malgré les succès militaires français sous le commandement du général de Lattre de Tassigny (1950-1051) et une aide financière importante des Etats-Unis, les troupes communistes renforcent leurs positions au nord-ouest de la péninsule. Le successeur de De Lattre, le général Navarre, décide d'intervenir dans cette zone en investissant la zone de Dien Bien Phu, point stratégique vers la Chine et le Laos. C'est là que les Français essuieront une cruelle défaite qui les amènera à quitter l'Indochine.


Autres notions importantes

Fondation et Institut Charles de Gaulle
Tous droits réservés